Visite prochaine de White Frontier

Parlons peu, buvons bien. Peu de nouveautés depuis la Fête de la Bière sur ce site. Ben oui, c’est l’été et il ne se passe pas grand chose. Sur le site en tous cas. Parce que moi j’ai l’impression que chaque semaine, entre mes pelerinages mensuels au dépôt Amstein armé de mon caddie ainsi que mes visites multi hebdomadaires à l’Apothibière de Martigny, je ramène presque sans cesses des nouveautés à la maison. Mais assez parlé de moi.

En effet, un bref message pour vous signaler que votre chère association ira visiter le 21 octobre 2017 la brasserie White Frontier sise à Martigny, Valais.

Etant donné leur relativement récent déménagement à Martigny, dans les anciennes caves Orsat et le fait que vous avez eu la chance, que dis-je – ou écris-je- le privilège!, de gouter leurs créations lors de la dernière Fête de la Bière à Vevey, votre comité s’est dit qu’il s’agissait là d’une bonne occasion. La formule de la visite n’est pas encore totalement définie, car ils sont en train de nous concocter une sympathique proposition qui saura allier pain liquide et autres victuailles de la région pour acompagner.

Nous reviendrons à vous plus tard afin de préciser tout ca, mais réservez déjà la date!

P.S. Je vous rappelle qu’avant ca, il y aura le Barb’n’Brew le samedi 9 septembre, saucisses et orge malté au bord du Léman !

Quand un membre de l’ABO part visiter Copenhague…

Carlsberg Mobile

 

Copenhague, une très belle ville qui me fait penser à Amsterdam. Des canaux, des maisons colorées, des vélos par centaines et une langue incompréhensible. Une douce ambiance où seul le temps n’était pas vraiment à la hauteur de mes espérances. Mais bon, on y est pour la saint Patrick, alors pour cette fois, on va faire avec.

Dans cette capitale nordique, et comme pour Amsterdam, on trouve une brasserie. Toute petite, dans une maison quasi invisible sur laquelle un logo montre à peine le bout de son nez. Petite brasserie artisanale d’un passionné local… Mouais, ça aurait été joli mais ce sera pour une prochaine. Ici c’est le royaume Carlsberg.

Aller visiter cette brasserie un lendemain d’hier ? Je devais vraiment rien n’avoir d’autre à faire. Quand on connaît l’expérience Heineken… Bref, comme bon représentant de l’ABO et dans l’optique d’ouvrir mes chakras, je me lance.

 

  • Allez, un billet svp Madame.
  • Pardon ? On peut participer à une dégustation pour quelques Krones de plus ?
    Super… de la blonde industrielle face à une autre blonde industrielle qu’on va pouvoir comparer à une troisième blonde industrielle… ok je participe. Ce n’est pas aujourd’hui que je fais appel à mon sens développé de la négociation !

On est un groupe d’au moins 25 touristes. Notre guide nous resserre afin qu’on puisse tous entendre les quelques explications et consignes de sécurité. En effet, il parait que certains visiteurs se sont déjà perdus dans les caves de la brasserie. Mouais, je suis et reste sceptique…

Après quelques minutes nous voilà partis pour la salle de dégustation. Nous rentrons dans une aile du bâtiment, descendons des escaliers bien raides et arrivons dans les caves de la brasserie. Magnifiques, gigantesques, mais quel bordel ! On apprendra durant la dégustation que même Carlsberg n’a pas d’inventaire de ces lieux et déniche encore quelques trésors quand les mecs prennent le temps de fouiller un peu. Nous entrons maintenant dans une petite pièce à droite au milieu de cette énorme enclave et là je reste sans voix. En effet, cette pièce n’a rien à voir avec la brasserie ou avec les caves que nous venons de traverser. Je me dis tout bas : on va refermer les portes et tourner un projet Blair Witch n°3 ? Déjà que le second était à se poignarder avec un saucisson…

Je suis dans une salle à deux étages avec de vieux téléphones, une énorme carte imprimée sur une table en bas fond, des mannequins habillés en militaires, des images de bombardiers sur les murs, etc. Bref, bienvenue en 1940 en pleine seconde guerre mondiale. Et évidemment pas la moindre bière en vue. C’est après avoir scanné cette pièce dans tous ses recoins que notre guide fait apparition. Le silence s’installe et il en profite pour nous donner quelques explications :

Saviez vous que les caves de la brasserie Carlsberg ont recueilli la résistance durant la Seconde Guerre Mondiale ?

En effet, c’est ici que la résistance regroupait les renseignements provenant des informateurs postés aux quatre coins du pays. Ces derniers donnaient l’alerte lorsque des bombardiers volaient sous les radars pour ne pas être repérés et aller raser quelques mètres carrés de ce beau pays. Et la pièce utilisée à ces fins a été préservée jusqu’à ce jour. Pour ma part, un joli brin d’histoire non planifié mais bien plaisant. De cette cave nous en rejoignons une seconde où nous allons pouvoir passer à la dégustation.

Après quelques brèves explications sur « qu’est-ce qu’une bière », ses composants, le processus de fabrication (je vous passe les détails, vous êtes certainement déjà expert), voilà qu’il nous présente les 3 bières que nous allons découvrir. Et à partir de cet instant je suis émerveillé. En effet, rien à voir avec mon idée de bières blondes industrielles. Nous voilà partis sur une IPA de type anglaise, une stout et une bière de Noël en plein mois de mars. Toutes trois de la marque JACOBSEN. Eh ben mes amis, Carlsberg sait brasser des bières de qualité. Me voilà sur le cul ! Elles ont du nez, du goût, une belle teinte, des particularités propres au sein de leurs familles respectives… bref, un vrai délice. Me voilà avec un sourire béat savourant chaque gorgée de ce doux breuvage. Non de non, j’ai bien fait de dire oui à cette proposition de dégustation !

 

Notez l’étiquette Coop bien old school sur cette Feld

Le sourire aux lèvres nous finissons cette délectation houblonnée et chacun peut profiter de visiter la suite de la brasserie. Nous passons par l’étable, par une magnifique collection de bouteilles du monde (je fais une fixation sur une étiquette Coop bien old school collée sur une bouteille dans la section des bières suisses), par une partie qui recense l’histoire de la brasserie de sa création à aujourd’hui, des cuves, et, bien évidemment, par le bar où je m’empresse de commander une nouvelle bière de la marque JACOBSEN ; une blanche cette fois !

Pour conclure, et au contraire de la brasserie Heineken, je ne peux que vous conseiller d’aller visiter Carlsberg. Peut-être que vous en sortirez, comme moi, avec une toute autre perception. Je vous le souhaite.

Chers membres, Chers amis,

L’ABO a décidé de renouveler sa participation à la Fête multiculturelle à Vevey. Après plusieurs éditions aux commandes du stand belge, l’ABO avait renoncé en 2016 à cette manifestation, pourtant très populaire, faute d’effectif.

C’est là que vous intervenez! Si vous avez un peu de temps pour votre association brassicole préférée entre le vendredi 23 et le dimanche 25 juin 2017, remplissez le formulaire de contact http://abo-ch.org/agenda/ et venez servir bières et frites ou participer au montage/démontage du stand (vous pouvez préciser vos disponibilités sous commentaires).

Délai de réponse : 8 mai 2017

Un grand merci par avance pour votre participation !!

Avec nos salutations houblonnées.

PV de l’AG de l’ABO-Vd 17

Malgré l’effort manifeste de concision dans le titre, ainsi que le délai inacceptable de publication du document si somairement pré-cité, je vous prie de bien vouloir accueillir le :

Procès Verbal de l’Assemblée Générale de l’Association des Buveurs d’Orge, section Vaud
Corsier-sur-Vevey, le 3 février 2017

  • Ouverture de la séance
  • Mot du président Nicos :
    • Santé! Et vive le président!
  • Rapport d’activité
    • Brassage en public en septembre
    • Visite du Festymalt à Yverdon en septembre
    • Visite du stand Amstein à Martigny à la Foire du Valais en octobre
    • Visite de la brasserie de la Nébuleuse à Lausanne en novembre
  • Présentation des comptes
    • Rapport des vérificateurs de compte (Claire Gavin et Maxime Gomez)
    • Remarques de Boris :
      • « Il faut normalement splitter les entrées Bénéfices et Couts manifestation au lieu d’avoir une seule entrée pour le résultat des deux »
      • « L’entrée de compte due à la fusion des comptes d’avec ceux de l’ABO Lausanne ne devrait pas figure en tant que tel, il ne s’agit pas d’un bénéfice puisque celui ci appartenait déjà à l’association »
    • Aparté rétrospectif de la part de Jacques quand à l’ABO, PTL et la maison Amstein SA.
    • Les comptes sont validés à l’unanimité, pas d’abstention, pas de refus
    • Le comité est déchargé à l’unanimité, pas d’abstention, pas de refus
    • Election des vérificateurs de compte
      • Boris Roulet et Raoul Gendrot se présentent
      • Election à l’unanimité, pas d’abstention, pas de refus
  • Présentation et élection du comité ABO-VD 2017
    • Pas de nouvelles candidatures, le comité actuel se représente
    • Ré-élection du comité à l’unanimité, pas d’abstention, pas de refus
  • Discussions divresse
    • Lucas demande à ce que des membres se proposent à participer à l’animation du site web. Disponible pour aide technique ou rédactionelle, mais il a besoin de contenu! Aucun volontaire.
    • Qu’attendent les membres de l’ABO et comment les faire venir :
      • Vaste sujet et discussions partant en tous sens
      • Boris, Raoul et Lucas conviennent de se retrouver à une date ultérieure pour discuter des pistes soulevées en cette heure tardive. Voici pêle-mêle les points abordés :
        • Que signifie « artisanal »?
        • Qu’est-ce qu’une catégorie de bière?
        • Quid des publicités misogyne de Cardinal?
        • Calvinus (brasserie « artisanale » GE)
        • Valaisanne (bière « artisanale » VS)
        • Brunette (bière « artisanale » VD)
        • Concours de la meilleure Bière du monde
        • LADB (loi sur les auberges et les débits de boissons du canton de Vaud) interdit la vente à l’emporter de bière mais permet celle de vin chilien jusqu’à 22h
        • Présence d’enzymes et autres produits chimique dans le matériel de home brewing
        • Bières régionales avec malts étrangers
        • Qualité microbiologique des brasseurs
  • Cloture de la séance

Petit rappel, AG ABO-VD

Chères et chers amateurs de Bière,

Je vous rappelle que ce vendredi 3 février à 20h :

  • Si vous êtes membre de l’ABO VD : Vous êtes cordialement invité à venir assister à l’AG
  • Si vous êtes membre de l’ABO VS : Vous êtes également cordialement invité, pour le plaisir de boire un verre en notre compagnie
  • Si vous n’êtes pas encore membre de l’ABO : Vous êtes cordialement invité à vous inscrire à notre merveilleuse association ici et ensuite vous joindre à la fameuse AG.

Plus d’infos et de détails sur la page de l’évenement!

Tetes Elephants

Visite de la Nébuleuse

Oyez! Oyez! Larguez les amarres, démarrez le moteur et accrochez vous, le zeppelin décole!

photo122911158330042444

Le commandant et son fidel mousse (haha) s’affairent en cabine pour diriger le dirigeable (haha bis repetita), direction Malley. Une mousse en main (haha, bon ok, j’arrête), de la Dead Pony (que voulez vous, on ne se refait pas), ils contemplent le paysage lémanique défiler sous leur fier navire volant.

Après un agréable vol, les voila qui rejoignent le reste de l’équipage au pied de la Nébuleuse, avec seulement une demi-heure de retard. Un record. C’est ainsi que nous pouvons enfin pénétrer dans la fabrique à bonheur gazeux. Après quelques aller-retour d’ascenseur pour faire monter toutes les poussettes (dans un sens, on peut dire que l’association se rajeunit), nous posons le pied sur un petit paradis au milieu des nuages, le bar de la brasserie!

 

Bar de la Nébuleuse
Bar de la Nébuleuse

Pour commencer, une brève présentation de l’aéronef dans lequel nous embarquons : La Nébuleuse, dirigeable fondé au Flon, à Lausanne, en février 2014 par trois compères avide de Bière et de bon goût. Le succès se manifeste vite, la preuve, ils étaient présents en mai de la même année à la Fête de la Bière! Mais déjà leur navire commence à manquer de tonnage, il faut s’agrandir. Suite à des recherches de fonds, ils parviennent à financer l’installation d’une nouvelle brasserie aux dimensions plus à leur convenance à Malley, dans de grandes halles industrielles, les anciennes Imprimeries Réunies de Lausanne, les IRL. L’équipage compte désormais 13 ou 14 membres dont 4 brasseurs. Leur objectif, produire un assortiment de Bières régulières et de qualité afin de payer les salaires pour que d’un autre coté, ils puissent produire une variété de saisonnières et autres collaborations afin de se renouveler et tenter de nouvelles expériences, à l’image de cette Milk Stout que j’ai assez vite repéré.

 

photo122911158330042445

Revenons à nos moutons. C’est donc dans le bar de la brasserie que nous rencontrons Francesco qui sera le stewart lors de notre voyage au paradis. On commence donc par gouter la Zepp’, une american ale bien maltée. Celle ci est brassée pour être servie à la pression uniquement dans le but d’en réduire les couts de production et concurrencer les liquides couleur pisse qui monopolisent les débits de boisson, tel la Feldsleschier (elle est pas de moi mais de Francesco, je regrette de ne pas y avoir pensé avant) et montrer qu’on peut faire de la bière de soif, régionale, de qualité et avec du caractère tout en maintenant un prix concurrentiel.

photo783688681363974078

photo122911158330042449Une fois le premier verre nettoyé, on attaque le corps de la visite, la brasserie. Celle ci, que l’on peut admirer depuis le bar à travers de grandes baies vitrées, est composée de la zone de brassage en elle même et par laquelle la balade débutera, la zone de fermentation et le dépôt de stockage des matériaux.

Notre petit groupeDonc, la zone de brassage est composée d’un alignement de grandes cuves en inox, reliées par des amas de canalisations. La première de celles-ci, la cuve d’empâtage est alimentée par une vis sans fin qui permet de faire monter la céréale préalablement concassée pour la plonger dans l’eau chaude ou elle cuira afin d’en extraire et transformer les chaines d’amidon complexes en sucres fermentissibles plus simples que les levures pourront consommer plus tard.

Pour vérifier la couleur du liquide

Cette mache (ce mash?) passe ensuite dans la cuve suivante où elle sera filtrée pour en retirer le solide, les drèches, et n’en garder que la partie liquide, le moût. Les drèches seront revalorisées en biomasse pour en faire du gaz et en nourriture pour cochons.

Au sortir de cette cuve, le brasseur peut contrôler la couleur du liquide afin de s’assurer d’une macération suffisante. Et si la couleur ne lui plait pas, peut être qu’elle finira en brassin spécial?

La 3ème cuve est dévolue au houblonnage, étape durant laquelle le brasseur verse ses pellets de houblon durant une nouvelle phase de cuisson pour porter le moût à ébulition durant un temps précis afin d’isomériser les résines dudit houblon. Et non, je ne sais pas ce que signifie isomériser, mais ca sonne bien.

Echangeur thermique
Echangeur thermique

Cette étape terminée, il va désormais falloir faire passer le liquide de sa température d’ébullition (~100°) à sa température de fermentation (~20°). En effet, les levures (nos amies qui transforment le sucre en alcool et gaz carbonique) ne survivraient pas à des températures trop élevées, mais il faut descendre en température le plus vite possible afin d’éviter que d’autres indésirables (bactéries ou autres) ne colonisent la boisson et la transforment en vinaigre. Et c’est là qu’intervient l’échangeur thermique et la réserve de glycol réfrigéré.

Echangeur thermique
Echangeur thermique

Pour faire simple, il s’agit de transférer la chaleur contenue dans la future bière au glycol réfrigéré à -6°C via un genre de radiateur. C’est plus stylé que notre technique qui consiste à plonger la cuve dans une fontaine.

 

photo122911158330042442Une fois la boisson rafraîchie et confortablement installée dans sa cuve de fermentation, le brasseur peut l’ensemencer en y versant la préparation de levure qui va travailler durant les jours qui suivent afin de mettre de la magie dans la Bière. Une cuve de fermentation faisant dans les 3000L et celles de brassage un peu plus de 1500L, ce sont généralement deux brassins qui seront préparés en 1 journée.

Pour l’Embuscade et la Stirling, une étape supplémentaire est réalisée avant l’ensemencement, le houblonnage à froid. Cette technique qui vise à ajouter un (ou

HopRocket
HopRocket

plusieurs) houblon(s) une fois le liquide refroidi permet d’aromatiser encore un peu plus la Bière avec cette plante que l’on aime temps. Et comme ils ne font pas les choses à moitié chez Nébuleuse, ceci est fait à l’aide du HopRocket, un genre de fusée en direction du bonheur de l’amertume. Le liquide est passé à travers une épaisseur de houblon à température ambiante sous une pression de 3 bars durant toute la nuit. Cette extraction à froid permet de retirer d’autres éléments (bien plus gustatifs et olfactifs) que lors du houblonnage à chaud, réalisé comme son nom l’indique à des températures bien plus élevées.

Pour finir, au terme de la période de fermentation, ce qui est désormais de la Bière sera ensuite conditionné, que ce soit en fût, bouteilles ou même canettes (pour l’Embuscade uniquement pour le moment).

Pour clôturer la visite et étancher les soifs suscitées par tant d’information, Francesco nous a ensuite fait gouter diverses bières, saisonières ou régulières. Nous pouvons donc redescendre sur terre, le coeur léger et la tête dans les nuages. C’était un beau voyage.

Et que vogue la Nébuleuse!

Présentation de White Frontier, Martigny (VS)

Durant la phase de rôdage du nouveau site web, je me permet de piocher à gauche à droite afin de remplir un peu ces rubriques et faire oublier que la moitié des pages n’est pas encore dans un état acceptable. Ceux qui recoivent l’info-lettre de l’ABO Valais auront comme une sensation de déjà-lu lors du parcours de cet article. Mais ce n’est là qu’une illusion de l’esprit!

whitefrontier_white2

Nous démarrons cette rubrique avec la brasserie artisanale White Frontier Ltd, établie à Verbier en 2014 (www.whitefrontier.ch, en effet, pour le moment, leur site est encore plus vide que le notre, mais ca ne saurait durer), mais équipée d’une brasserie à la pointe de la technologie installée dans les locaux de la Cave Orsat à Martigny (tout récemment innaugurée et peut être bientôt l’objet d’une visite de brasserie de l’ABO!).

Concentrée sur l’exploration et l’esprit freeride, sa mission est de mener les consommateurs hors-piste. L’attention est ainsi tournée vers l’innovation et l’envie d’offrir de folles expériences gustatives.

Le Maître Brasseur, Christopher Treanor, est garant de qualité et de créativité. Venu d’Irlande où il créait les bières de la Galway Bay Brewery, Chris est déjà reconnu par l’industrie internationale. Son travail lui a notamment valu une médaille d’argent à la World Beer Cup pour sa Sweet Stout et les titres Ratebeer de Meilleur Brasseur d’Irlande et Meilleure bière d’Irlande deux ans de suite.

Les Bières

La gamme de bières de White Frontier Ltd comprend pour le moment une blanche, une Dunkelweizen, une blonde triple et une Imperial Stout. Elles étaient jusqu’à présent brassées en Belgique, mais sont désormais produites à Martigny. Et une nouvelle gamme de saisonière vient de faire son apparition, j’ai dans mon frigo une Col des Planches, IPA si je me souviens bien, qui m’attend au frigo.
La production valaisanne se concentrera d’abord sur la bière pression (Lager, Indian Pale Ale, American Pale Ale), et les premières bouteilles embouteillées à Martigny sortiront dès le mois d’août prochain.

Présentation de 7Peaks, Morgins

Durant la phase de rôdage du nouveau site web, je me permet de piocher à gauche à droite afin de remplir un peu ces rubriques et faire oublier que la moitié des pages n’est pas encore dans un état acceptable. Ceux qui recoivent l’info-lettre de l’ABO Valais auront comme une sensation de déjà-lu lors du parcours de cet article. Mais ce n’est là qu’une illusion de l’esprit!

La brasserie

7peaksAmateurs de bières depuis des années, Robby et son épouse Corinne brassent ce précieux nectar dans la cuisine de leur chalet familial de Morgins avec un système de 20 litres que tout brasseur amateur utilise à son domicile.

Au fil du temps l’idée de produire de la bière artisanale à plus grande échelle a mûri et, un local atypique est trouvé (Piscine du Savolaire).  L’aventure de 7Peaks Brasserie voit ainsi le jour et la société prend forme au mois d’août 2013. Son identité fait référence aux Dents du Midi que l’on peut admirer depuis Morgins.

Munie d’un bagage commercial, Corinne gère tout l’aspect administratif. Robby, quant à lui, amène son savoir-faire et son expérience d’ingénieur industriel pour tout ce qui touche à l’aspect technique, la maintenance, l’amélioration continue et, bien sûr … le brassage !

Le système de brassage a été livré et installé fin décembre 2013. La 1ère bière a pu être ainsi dégustée le vendredi 24 janvier 2014.

A noter que la brasserie était l’une des invitées lors de la Fête de la Bière lors de l’édition 2015. J’ai toujours le décapsuleur qu’ils m’ont offert!

Les Bières

La gamme de biè7peaksbeersres de 7 Peaks comprend pour le moment, dans l’ordre des bouteilles ci-contre, une blonde de type Kölsch, une blanche de type Witbier, une ambrée de type Extra Special Bitter et une West Coast American IPA.

A côté de ces bières permanentes, des bières saisonnières sont brassées, que vous pouvez découvrir sur leur site internet : www.7peaksbrasserie.ch .
Par ailleurs, le lieu de brassage initial étant devenu trop petit, une nouvelle brasserie est en cours d’aménagement et sera opérationnelle sous peu.

Diversity is power

Nick, notre délégué auprès de l’EBCU, m’a récemment transmis la photo ci-dessous. Je cite :

Je mets en annexe une photo que j’ai prise depuis le train (donc pas de bonne qualité, hélas) en entrant en gare de Fribourg: un slogan adéquat sur les murs de brasserie du Cardinal défunte…

Nick

Diversity is power

Ce texte, sur le mur de l’ancienne brasserie fribourgeoise (haha), est étonnament profond. Qui peut nier que de nos jours, la diversité brassicole n’a plus grand chose en commun avec celle d’il y a 15 ans à peine? La preuve, là où il y a quelques temps encore, les grand brasseurs se contentaient de nous matraquer de publicités vantant leur recette unique qui n’a pas changé depuis des centaines d’années et imposaient leur exclusivité aux bars ou festivals (vaux?), même eux ont décidé de jouer la carte de la diversity.

Bon, il l’ont fait à leur sauce, bien entendu. Ils ont commencé par proposer deux (2) bières differentes! Genre une blonde et… Une blonde avec colorant. Puis quand les craft beer commencent à être réclamées, on écrit artisanal quelque part sur la bouteille, on cite l’incroyable amitié qui lie ses maîtres brasseurs, on met un petit coup de E616 afin de lui donner le goût si particulier de l’amitié/originalité/houblon/coolitude (biffez les mentions qui ne correspondent pas) et paf! c’est une bière originale…

Une petite question pour conclure, car il y a un autre aspect de la diversité dont je veux parler. Ou plutôt au sujet duquel je veux écrire. Parce qu’on ne peut pas toujours taper sur les grands. La diversité des brasseurs donc, un autre sujet d’importance! A présent que pratiquement chaque village a sa brasserie et que l’on peut commander tous les houblons, tous les malts, toutes les levures du monde, pourquoi trouve-t-on partout la même IPA?

ABO Novus Labrum

En latin approximatif (langue parlée à partir de 23h-23h30 dans les bars où se réunissent les latinistes), ca doit plus ou moins vouloir dire Nouveau Brassin de l’ABO. En effet, le site web de l’association entamme (enfin) sa mue!

Comme vous pouvez le voir par-ci par-là, ce n’est pas encore fini, mais au moins l’essentiel est là, la Bière! Quoi? Vous n’en avez pas une en main en ce moment! Remediez y au plus vite, car pour ma part, je vais m’ouvrir une bouteille de Mocha IPA de Stone (rien à voir avec Charden).

stone_mocha_logo

Les délais promis ont été tenus, première version du site utilisable à la fin du mois de juillet et une mise en production effective à la fin du mois d’août. Mais comme dit plus haut, c’est encore un travail en cours, donc n’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires ou suggestions!