Historique

Notre association a une longue et vénérable histoire. Laissez donc le vieil éléphant vous la raconter :

Paléocène (-60’000’000 d’années à peu près)

A la suite de la grande extinction du Crétacé-Tertiaire, lorsque les oiseaux se sont libérés du joug oppresseur de leur cousins mégalomanes en invitant The Rock à faire la bombe sur Terre, de petites et graciles créatures pateaugeaient déjà dans l’eau. Celle-ci, sans houblon ni bulles, n’était assurement pas de la Bière.

Paleomastodon
Comme on peut le voir, ce Paleomastodon n’est pas spécialement rose

Après quelques radiations évolutives qui ne concernent pas la Bière, ils finirent par arrêter leur pitreries en optant pour leur forme actuelle aux environs du Miocène supérieur (vers 13h-13h30).

13 janvier de l’an -9500

Un fermier de la plaine du croissant fertile, ne sachant pas quoi faire de tout son stock de grain, décide de laisser trainer dans un fond de vieille flotte. Devant la drôle d’odeur qui se forme, il décide de goûter l’étrange mixture. Le goût devait en être affreux, mais déjà notre bonhomme commence à se sentir bizare. Première cuite de l’Humanité!

22 juin de l’an -4000

Kuruk, ouvrier à Umma se rend auprès de l’intendant pour toucher sa solde de la journée. Celui-ci lui donne sa ration de sikaru (traduit par Pain liquide, comme quoi…). Pour rendre la chose buvable (compenser son acidité due aux levures sauvages), la boisson se voyait ajouter des dattes ou du miel. Du coup, notre brave Kuruk pouvait litteralement boire sa solde. Après ca, une petite prière à Ninkasi, déesse tutélaire de la Bière et du brassage histoire d’assurer le salaire du lendemain puis au lit!

9 juillet -350

Sophocle, en plus de s’être laissé poussé une barbe qui rendrait envieux n’importe quel porteur de chemise à carreau, déclara en tergiversant sur la modestie que la zithos (Bière en grec), en combinaison avec du pain, de la viande et des légumes, constituait la meilleure alimentation pour les grecs. Comme quoi, il n’y a pas toujours besoin de creuser très loin pour être un écrivain reconnu.

15 novembre 320

Veridix, druide attitré d’un village quelconque du peuple Helvetii se promène dans la forêt à la recherche des divers ingrédients qui lui permettront de préparer son gruit. Celui-ci, mélange généralement composé de tout un tas d’herbes et autres épices, servait à aromatiser la bière en lui donnant une amertume qui aiderait à compenser cette acidité qui déchausse le dents. Hé oui, le concept de levure et de contamination de la Bière n’a toujours pas été développé. Cela dit en passant, le choix des herbes en question pouvait également rendre le breuvage un peu plus… efficace, surtout quand ledit mélange contient des plantes toxiques.

6 mai 822

Quelque part au fond de sa cellule, dans un abbaye du pays carolingien, un vieil abbé couche par écrit l’utilisation du houblon dans la production de la Bière. Celui-ci, plante grimpante aux effloressence agréablement parfumée permet d’ameriser la Bière, mais pas que. En effet, il a en outre l’avantage d’être asseptisant, du coup, une bière aromatisée au houblon se conserve bien mieux qu’une aromatisée au gruit. Au passage, depuis quelques temps déjà, la Bière est de plus en plus préparée par les moines plutôt que dans un cadre familial.

1991 ABO